Fiction 2

Une jeune femme a été violée par un jeune homme d’une famille accommodée. Étant allé à une bonne école et un bon lycée, maintenant il est dans une université prestigieuse. Un soir ils sont partis ensemble et, même qu’elle ne voulait pas, il l’a forcé et il l’a « niqué ».

Il faut avouer que ce jeune homme est le frère d’une militante d’OLF et qu’elle est au courant des faits, mais elle décide de ne pas porter plainte ou d’encourager la victime de le faire. Aussi, le jeune homme a des connaissances dans le corps de police et la magistrature. On parle à plusieurs de l’affaire, mais on accorde de rien faire : c’est peu significatif, même qu’il l’a forcé, elle était « consentante » : il est un jeune homme bien, pas un voyou, parisien, proche des élites françaises, sympa, un dragueur reconnu et on craint de lui nuire l’avenir avec un affaire peu relevant.

Un autre jour, cette jeune femme part à sa maison avec un homme un peu bizarre ; il s’habille de façons un peu particulières, même que d’aspect masculin, il a des formes parfois androgynes, il a des points de vue éloignés des coutumes, il fait des études et des recherches, mais sur des approches minoritaires (voir incommodes) et aussi il est étranger. Comme il s’est impliqué avec énergie dans des mouvements sociaux, il a été repéré par des groupes politiques et des services de renseignement. Il faut dire, qu’elle a déjà parlé avec cet homme plusieurs jours, mais il reste largement un inconnu, en spécial pour son entourage.

Pendant la nuit, la jeune femme crains de se faire violer une autre fois. D’une part elle est d’accord à passer la nuit ensemble, de l’autre elle craint de subir des violences. Ils parlent beaucoup le temps qu’ils sont ensemble ; il insiste parfois ; elle a des comportements contradictoires ; ils discutent : il a un point de vue plus prodigue ou promiscue de la sexualité que pour la jeune femme seulement une « salope » pourrait accepter. Par ailleurs, on sait bien que la norme de bonne conduite est : « jamais la première nuit ».

Quand il se réveillé, il est presque sur elle. Il s’est mis nu, elle a gardé sa culotte. Il la sent chaude ou il pense qu’elle est chaude. Il lui propose de la masturber. Elle accepte, elle jouit et elle lui fait signe d’arrêter. Il arrête. Elle est tranquille.

L’homme, qui est très excité et dans un état physique et psychologique gênant, mais qui ne veut pas lui faire mal, commence à se masturber. Alors, la jeune femme commence à pleurer et lui demande d’arrêter, car si non elle se sent obligée. Il arrête.

Il se lève et s’habille pour partir. Ils discutent. La jeune femme lui dit « tu as profité de moi ». L’homme, qui a subi des agressions et des agressions sexuelles s’irrite profondément avec ces paroles et l’insulte. Puis, il part.

Après, tout le monde, toutes les personnes qui sont au courant décident qu’il l’a violé, qu’il est un agresseur étranger dangereux qui met en péril l’ensemble de la société française, ou au moins ce cercle d’élites et ses proches, dans ces partis politiques, dans les universités, dans les mouvements sociaux, dans la magistrature o dans la police. ¡On a trouvé un bouc émissaire auquel punir ! En plus, il parait un peu touché, peut-être il a quelque chose dans la tête qui va faciliter le bizutage.

Puis, il commence une maltraitance qui va se prolonger pendant des années.

Man, woman, otherness, sexual relations, their patriarchal meaning and alternative meaning (more myth permutations)

[Insert explanation here – when I want]

 

Gender 1 Orientation Gender 2 Orientation Relation Patriarchal         signification 1 Patriarchal signification 2 Signification 2 alternative
Woman Hetero Man Hetero Coitus Hetero/woman Hetero Hetero or Degraded hetero
Woman Hetero Man Hetero Cunnilingus Degraded hetero/woman Degraded hetero/woman Hetero or Degraded hetero
Woman Hetero Man-Otherness Hetero-Otherness Coitus Woman or Degraded hetero/woman Hetero or Degraded Hetero/other Hetero-otherness
Woman Hetero Man-Otherness Hetero-Otherness Cunnilingus Degraded hetero/woman Degraded hetero/woman Hetero-otherness

 

Permutaciones del mito 6

Aggressions, sexual aggressions, their patriarchal meaning and alternative meaning (more myth permutations)

i.e. while the aggressor keeps his “status” and “meaning”, the “status” and “meaning” of the victim becomes imposed and it permutes with the gender: when woman, the “status” imposed is “degraded hetero/woman”; when man, the “status” imposed is “degraded hetero/homo”. (This “degraded status” of victims are the imposition, not the self-perception of the victims themselves as woman or homo or man or hetero).

Doing a permutation on the patriarchal meaning, passing form the victim to the aggressor, we find an alternative interpretation of the facts: now is the aggressor who has his “status” degraded and who has to think about what his sexual orientation really means (inverted).

In fact, there are two things absolutely different. One thing is gay people – I’m not an expert, but I do think that they are using their freedom.

Other thing is the imposition done by men that are not necessarily homosexual (I think that most of the imposers or aggressors are self-defined as heterosexual men) of a kind of “degrading homosexuality” from a heteronormative position; this is: the “heterosexual man” imposes a homosexual relation to another man (or mutation) that becomes a “degraded homosexual” from the point of view of the attacker (and some people of the same society).

This would be a form of patriarchal and traditional degradation of some men. It’s quite inverted as the aggressor keeps their status of “heterosexual man”, despite the fact that he’s imposing the homosexual action, while the aggressed one would became “the homosexual” and the “degraded” one.

Victim Orientation Aggressor Orientation Victim                 p. signification Aggressor Aggressor alternative
Woman Homo Man Hetero Degraded hetero/woman Hetero Degraded hetero
Man Homo Man Hetero Degraded hetero/homo Hetero Degraded hetero/homo
Woman Hetero Man Hetero Degraded hetero/woman Hetero Degraded hetero
Man Hetero Man Hetero Degraded hetero/homo Hetero Degraded hetero/homo
Woman Homo Man Homo Degraded hetero/woman Homo Degraded hetero
Man Homo Man Homo Degraded homo Homo Degraded hetero/homo
Woman Hetero Man Homo Degraded hetero/woman Homo Degraded hetero
Man Hetero Man Homo Degraded hetero/homo Homo Degraded hetero/homo

 

Permutaciones del mito 5 bis

What explains my case

If all of this arrives to me, it’s because I’m “strange”, “odd”, “bizarre” or “extraordinary”. This is what explains my situation: the fact that I suffered and still suffer cases that are excluded from mainstream point of views and that I have a personality that transgress traditional points of view, recognized paradigms and, among others, gender and sexual identities.

This is not because the accusation on me: it’s because my personality and my social position. Also, I’m an annoying foreigner in this country.

As far as I’m particular, I can suffer violence and exclusion from both: capitalists and workers, men and women, machismo and feminism, heterosexuals and homosexuals, white or not-white, progressive or conservative, right and left wing and specially from any form of established power: States, governments, political parties, police, attorneys, institutional feminists and others.

Moreover, as I’m a white man from an education level tending to high (so it implies better working conditions) and with strong tendency to heterosexuality, many people, because of prejudices or uneven interests, can pretend that I’m the most privileged man on earth (someone, not so clever, could even believe that I’m a “bourgeois” or a “capitalists”) – I’m even doubting that I’m a “man”.

So from one side, because the “positive social privileges” that operate on me, I can be a danger for upper social classes or sub-classes and established powers.

From the other, because of my “particular case and situation”, I can be a danger for points of view and paradigms of alternative (left wing, feminist, altercapitalists) groups, movements or parties. It’s also true that this “particular case and situation” can bring me close to the worsts social positions (homeless and others).

So I can be a danger for any established power, even this is not part of upper classes. Thus, there are a lot of material interests that push for that I’m silenced, oppressed and excluded.

Let’s take the case of radical feminists. I’m a problem for them because I also suffer from patriarchal oppressions and because the sexual orientation that society has imposed to me it’s not necessary heterosexuality. In fact, since I has child and so on, the sexual orientation that has been imposed to me in many cases is homosexuality. This reality (of many boys and men) brings some important troubles to their analyses. So they prefer to ignore it or to erase it or to destroy people that talk about this. In the name of feminisms and gender normativity they took transphobic, alterphobic, machists, patriarchal and anti-humanists positions [say it with love :)].

If some of them can attack me, they will use all the topics about that I’m an heterosexual white man, despite the fact that these topics don’t properly apply to me. If they don’t listen when I explain my situation, it’s because they prefer to discharge all their hate and violence on me (because the problems that I pose to their analyses) than to understand my case.

It’s because my personality and my social position: this explains how I can suffer many violence, abuses and exclusions since I was a child and it goes on.

When I protest, I get more violence and more exclusion.

I will finish with this. Cueste lo que cueste.

P.d.: I have no problem with homosexual men or trans-identities, as far as they do not support these people that believe that can impose me my sexual orientation and identity. In fact I think that homosexual men and I can work for the same cause: the freedom for the sexual orientations and identities.

P.d.d: In fact, these are two things absolutely different. One thing is gay people – I’m not an expert, but I do think that they are using their freedom.

Other thing is the imposition done by men that are not necessarily homosexual (I think that most of the imposers or aggressors are self-defined as heterosexual men) of a kind of “degrading homosexuality” from a heteronormative position; this is: the “heterosexual man” imposes a homosexual relation to another man (or mutation) that becomes a “degraded homosexual” from the point of view of the attacker (and some people of the same society).

This would be a form of patriarchal and traditional degradation of some men. It’s quite inverted as the aggressor keeps their status of “heterosexual man”, despite the fact that he’s imposing the homosexual action, while the aggressed one would became “the homosexual” and the “degraded” one.

 

Permutaciones del mito 5 bis

Premiers souvenirs

C’est l’un de mes souvenirs le plus ancien. J’avais 4 ou 5 ans. On était dans la voiture d’une adulte direction à la fête d’anniversaire d’un copain, 3 ou 4 enfants assis derrière.

On parlait des garçons et des filles et de ses différences. La copine que j’avais à mon côté (je pourrais encore vous dire son prénom et la reconnaitre) m’a demandé de lui montrer le pénis.

Je lui ai montré, mais je me souviens que je m’ai senti un peu honteux parce que « le pénis était dur comme quand j’avais trop envie de faire pipi » – je ne savais pas qu’est-ce que c’était une érection. Les enfants ont des érections ? Ou ceci n’est pas exactement le même (je pense que ce n’est pas le même, car étant enfant les réactions physiques sont différentes).

Il faut noter qu’à cet âge j’étais déjà un exhibitionniste et un pervers ! Et elle ?

C’est l’un de mes premiers souvenirs, mais je ne qualifierai pas de « sexuel » ; plutôt une communication assez naïve et une découverte.

Puis, les psychologues et les psychiatres peuvent conjecturer si cette-ci a été l’évènement clé qui explique toute ma vie, ou si l’évènement clé a été un autre dont j’ai déjà parlé. Ou peut-être un autre que j’ai encore oublié ?

En fin, j’ai failli à la convaincre pour me sucer !!!

[Cette dernière blague, dans ce contexte politique, peut-être dangereuse !]

 

Droit à réponse, Anne-Cécile Mailfert

Il y a quelques jours, le 14 janvier, j’ai envoyé un mail à Anne-Cécile Mailfert [ci-joint en bas]. Je n’ai eu jamais de réponse.

Aujourd’hui, j’ai vu que Anne-Cécile Mailfert avait reproduit publié une première partie de la première phrase. C’est à noter que justement aujourd’hui je venais de publier un texte assez controversé [1], casualité ?

Le post de Anne-Cécile Mailfert est celui-ci : << Message collector qui commence par : “Je t’écris à toi parce que les connes d’OLF m’ont banné depuis longtemps ….(et ensuite argumentaire masculiniste contre les mesures proposés pour les impayés de pension)

Moi: “les “connes” d’OLF sont mes camarades de lutte bouffon je sais pas si ça a un sens pour toi mais pour moi la sororité ça veut dire énormément. Vas vomir ta bile rance ailleurs masculiniste à deux francs.” >>

Puis, j’ai fait un « like » sur ce commentaire et puis un « share » ; je l’ai re-posté sur mon profile de Facebook en ajoutant quelques commentaires – je les ai perdus, ils ont été effacés – qui étaient au peu près :

<< Mais tu penses qu’après tout ce qui m’est arrivé, ceci m’importe ? >>.

<< Bon si quelqu’un regarde, le mail complet que j’ai envoyé à Mme. Anne-Cécile Maillfert est ci-joint en bas – par ailleurs, en regardant les lois qui ont été approuvées….. en fin. Elle n’a que reproduit qu’une partie de la première phrase de mon texte. En plus, OLF m’a banné de son site web-facebook parce que j’ai mis un lien sur les fantômes sexuels de domination et un autre sur les violences dans des couples homosexuèlles (un link de la LGTB); c’est con. Je ne comprends pas qu’est-ce qu’elles font et pourquoi cette censure totale qu’elles font… >>.

<< Qu’est-ce qu’elle pense sur le traitement de la police , la loi, les tribunaux (….) des plaintes de viol… et sur mon cas (!!). >>

<< Et pour toi, la sororité veut dire que seulement les droits des femmes sont importants. Qu’est-ce que tu penses des enfants-homme agressés sexuellement ? La sororité veut dire que tu ne te regardes que ta … ? >>.

En fin, j’étais très amusé avec le photomontage que je lui ai fait, mais j’ai vu qu’elle m’avait banné – je ne peux même pas trouver son profile sur facebook.

Mon texte complet: << Conversation started January 14, Bernat Parias, 1/14, 4:01pm

Je t’écris à toi parce que les connes d’OLF m’ont banné depuis longtemps (!!). Par exemple, ceci : le système actuel il met déjà trop de tendances pour évaluer les hommes en fonction de son revenu et son patrimoine : tu es ce que tu as. Quand OLF fait sa campagne seulement dans les termes de ce post (voir en bas), renforce cette tendance. C’est toujours le bat et seulement le bat ; or je pense que c’est mieux le bat et la carotte. En plus, ce sont des hommes qui frappent avec le bat ; en plus, le système répressif-policier-pénal s’acharne toujours sur les hommes les plus démunis (tandis de DSK continue à faire ce qu’il veut…).

Dans temps de crise et chômage et en sachant qu’il y a des hommes qui font face à des problèmes de travail et/ou revenu importants, l’approche de OLF peut-être correcte pour des cas, mais contre-productif pour des autres, voir injuste. Je pense que par des hommes cette approche a l’objectif d’accentuer la vision social machiste et surtout capitaliste que les est aussi imposé ; qu’un homme doit toujours avoir un travail et un revenu, surtout s’il est « père », être capable d’être un soutien indoutable pour sa « famille », en fin, qu’il puisse « acheter » une femme. D’où peuvent venir les accusations vers OLF d’être à la fin soumisses au pouvoir masculin capitaliste [« hautes suffragettes »].

Trois propositions :

1/ Que l’État puisse être garant et payeur dans des cas déterminés.

2/ Ouvrir une voie de résolution alternative et moins pénaliste avant de la voie pénale qui puisse être convoqué à pétition de la femme ou sous quelques hypothèses restrictives.

3/ Commencer à prendre au sérieux les droits/congés (pour travailler à la maison) de paternité au travail capitaliste – ceci pourrait être aussi une demande féministe.

<< En plus des nombreuses injustices économiques dont pâtissent les femmes, 40% des pensions alimentaires ne sont pas versées. Il arrive même que des hommes conditionnent le versement de la pension à des pressions sur les droits de visite ou sur les liens avec l’ex : « J’ai des femmes qui m’appellent en pleurs à deux heures du matin. Leur ex leur propose de coucher pour toucher la pension. » >> “Elle souhaite donc que la loi égalité femmes-hommes prévoie une sanction pénale « en cas de violence psychologique ou économique de la part de celui qui ne s’acquitte pas du paiement de la contribution à l’entretien et l’éducation de l’enfant ».” – “Ne pas s’acquitter, pendant plus de deux mois, du paiement de la somme fixée par un juge dans le cadre d’une pension alimentaire constitue un délit puni de deux ans d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.” mais dans quelle mesure cette loi est-elle appliquée ? Par ailleurs, “Il faudrait aussi changer le terme de pension alimentaire. L’abus de langage veut que l’on mette tout dans le même panier. Ce que verse un parent chaque mois pour l’éducation s’appelle la contribution à l’entretien et l’éducation de l’enfant, qui est versée sous forme de pension alimentaire. Parler de pension alimentaire peut faire penser à l’assistance financière qui est dû entre époux. Ce qui n’a évidemment rien à voir. » “. En outre, le versement de l’allocation de soutien familial (ASF) “cesse dès que la femme se remet en ménage. Très années 1950, le principe insinue qu’aussitôt un homme retrouvé, la femme n’a plus de problèmes financiers.” >>

http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/13/pensions-alimentaires-impayees-elles-affichent-les-peres-indignes-248932

[1] What’s going on?

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/01/23/whats-going-on/

Mailfert dominatrix sumisa