Le sorcier et sa magie

Je ne veux pas savoir combien de diagnostiques psycho-psychiatriques on a pu proposer à partir de mes textes y mes comportements (créateurs et destructeurs) de réseaux. ¿Troubles de personnalité ? ¿Troubles envahissants du développement ? ¿ Autiste aspergé ? ¿Dyslexie ? ¿Plusieurs personnalités ? ¿Maltraiteur (de maltraitance) [ceci n’existe pas, c’est bullshit de médicastre] ? ¿Borderline ou plutôt le contraire ?

Peut-être un peu de tout. J’ai déjà proposé les bases d’un modèle assez complexe sur la personne-ment-corps et aussi un modèle psycho-social [voir les diagrammes 1]. Je vous laisse jouer avec les permutations.

Même dans le cas où on veut accepter la distinction entre santé-normalité et maladie-anormalité psycho-psychiatriques, alors il faudrait accepter qu’il y a des zones, des états, des surfaces  de transition, de passage ou d’indéfinition.

Dans cette zone intermède, il est possible faire le passage de la santé à la maladie o de la normalité à l’anormalité et à l’inverse. Dans cet espace il est possible transmuter des formes de compréhension du « normal » et les faire accessibles à « l’anormal » et a l’inverse : des formes logiques peuvent être métamorphosés, sans que pourtant on ne puisse pas nier l’existence des formes logiques.

Aussi, ces méthodes peuvent mettre à disposition des « malades » des outils en apparence inaccessibles à eux ainsi comme élever son « niveau intellectuel » apparent, pour eux-mêmes et pour ses rapports avec le monde.

Ceci va dépendre de chaque cas, de sa gravité (même qu’on peut discuter sur le propre concept de gravité) ou sur les capacités diverses (pas meilleures ou pires) des personnes impliquées.

Ainsi, les « fous », les « malades », les « anormaux » ont plein de réalités (oui, réalités) à nous montrer, des nouvelles significations du monde, des rapports qui nous passent inaperçus, des « lois » qui sont invisibles à nous yeux.

La personne qui veuille essayer ces méthodes (mais pas science, même qu’on pourrait faire des recherches) doit être prévenu des risques : en spécial du risque du passage.

Celui qui s’amuse à transpercer ou traverser des mondes en transmutant les normes des structures sociales (le langage, les significations, les gestes, les actes, les rapports et ses normes, …) doit toujours connaitre le risque de ne pas pouvoir y revenir. Le risque de rester-là ; soit le résultat des causes propres, soit le résultat de la pression sociale. Parfois, il est nécessaire de laisser des petits cayeux sur le chemin (pas du pain).

Jouer à Charon Caronte a ses risques : notamment le risque de rester au royaume d’au-delà.

Mais le passage a été fait dans des innombrables occasions : ¿qui n’a pas lu « Alice au pays des merveilles » ?

 

Discutaient Alice et le Chat : << – Vers la droite vit un Chapelier et vers la gauche, un Lièvre de la planète Mars. Rends visite au Lièvre ou au Chapelier ; de toute façon, tous deux sont fous à lier.

– Mais je n’ai nulle envie d’aller chez les fous ! Protesta Alice.

– Oh ! Tu n’as pas le choix : tout le monde est fou ici. Je suis fou et toi aussi tu es folle

– Qu’est-ce que vous fait dire que je suis folle ?

– Tu ne serais pas venue, sinon. >>

Par ailleurs, je n’ai rien plus à dire sur les réseaux. Ce que l’Etat français, ses administrations, quelques associations, des groupes et des partis politiques, des psychologues et psychiatres, des personnes, des médias y bonne partie de la société ont fait avec moi dépasse toute considération du droit, de la médicine, à n’importe quelque considération éthique par rapport à la volonté de savoir, au moyens qu’on peut utiliser ; c’est inhumain, c’est contraire aux droits humains.

C’est vouloir finir avec moi par tout moyen en base à des considérations politiques : parce que je suis incommode du point de vue politique – pour principaux courants et partis, mais aussi par des autres moins puissants.

Par ailleurs, le soutien que j’ai eu dès l’Espagne a été presque nul (avec des exceptions que je remercie), quand il n’a été plutôt le contraire : des autres fronts par lesquels j’ai été attaqué.

Les connaissances sont pour les gens qui les méritent, pas pour des gens qui seraient prêtes à torturer pour les obtenir.

Finalement, vous pouvez essayer de me brûler pour voir si je suis un « mauvais sorcier » o je ne sais pas quoi. Si je ne brûle pas, je serai innocent : bonne logique. (Innocent de quoi ?).

Note : il est possible de généraliser ce modèle, en considérant que le seul “normal” est “l’homme capitaliste blanc hétérosexuel” auquel on a imposé la “hétérosexualité” – tous les autres groupes et classes en étant des altérités (imposées) par rapport à lui (qui est le plus puissant à cause de la structure sociale), tous les Autres en étant des “anormaux”.

Le problème de fonds, la distinction et définition de normalité et anormalité et entre santé et maladie (social ou psycho-psychiatrique) qui se pose dans beaucoup de cas sur un flou – la normalité imposé étant un mécanisme de control social et d’aliénation imposée par les plus puissants (si pas dans tous les sens, dans beaucoup).

Añadido: Cuando era niño me agredieron y me propusieron ser una prostituta. Por razones socio-personales me pude librar. Ahora, 20 años después, ya no es un joven proxeneta quien me agrede y me lo propone (más bien debía ser otra víctima trabajando por encargo de algún proxeneta), ahora parece que es la sociedad al completo que está intentando por muchos medios, incluyendo las agresiones, las agresiones sexuales y la exclusión convertirme en un marginal, un sintecho o, por qué no: una prostituta.

Lo que no consiguió ese joven proxeneta, ahora lo estáis intentando entre todxs. Prostituta todavía, dependiendo de las condiciones; lo que no me siento demasiado homosexual y lo que más me preocupa es prostituta y marginalidad, porque este parece que sería el caso.

¿Es esta vuestra idea de progreso, igualdad y justicia? ¿Conseguir al fin meterme en ese agujero del que me pude librar? Más bien os parecéis a proxenetas que abusan de niños.

 

When I was a child I was sexually assault and I was proposed to be a prostitute. For social and personal reasons, I could say no and to have another live. Today, 20 years after, it’s not a young pimp who assault me (I suppose that he was just another victim working for a pimp), today it seems that the whole society is trying by many means, including assaults, sexual assaults, lies and exclusion to turn myself into a marginal, a homeless or, why not: a prostitute.

What that young pimp didn’t achieve, now almost everybody is chasing ti. Being a prostitute, I could accept it, depending on the conditions; but I’m not feeling very homosexual and what worries me the most is prostitution and marginality, because probably this would be the case.

¿These are your ideals of progress, equality and justice? ¿Finally to put me in the hole I could evade? Sincerely, it looks like you are like pimps who abuse and exploit children.

I’ll persevere: “no soy de aquí, ni soy de allá…”

 

Références :

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/02/11/yo-en-el-caso-1/

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/02/11/yo-en-el-caso-2-posible-situacion-y-modelo/

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/02/11/yo-en-el-caso-3-yo-sometido-a-una-estrategia-de-acoso-y-derribo/

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/02/11/yo-en-el-caso-4-proceso-generico-de-crecimiento-de-nino-a-hombre/

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/02/12/yo-en-el-caso-5-el-hombre-ideal-version-estricta/

https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2014/05/15/las-permutaciones-del-mito/

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

S'està connectant a %s