Krugman, Israël et des hypothèses irréalistes

Qu’est-ce que vous pensez de Krugman ? Suivez-vous ses publications et ses articles ? Peut-on attendre quelque chose relevant de ces « keynésiens » ? Il parait qu’il continue à insister sur la trappe de la liquidité… et probablement avec raison. Il n’y a pas longtemps, il écrivait sur Kalecki, belle surprise.

Il s’est aussi prononcé sur les politiques de l’État d’Israël [voir-ci 2 articles].

Par rapport à moi, au-delà du fait de voir une lutte [une guerre] très inégale (des dominants et des dominés), un apartheid et un rapport colonial d’Occident sur Moyen-Orient, il est très difficile me donner une vision complète du conflit.

D’une façon ou d’une autre, probablement Krugman ait raison quand il écrit : « It seems obvious from here that the narrow-minded policies of the current government are basically a gradual, long-run form of national suicide — and that’s bad for Jews everywhere, not to mention the world ».

Il ne prend pas une position très forte, il est ambigu : il ne se définit pas antisioniste, mais il critique le fait qu’il y a des groupes organisés qui font pression pour associer toute critique à I’État d’Israël avec l’antisémitisme.

Les Z.E.P. chantaient : « antisioniste n’est pas très vendeur, pas très sexy ».

Dans ce contexte on peut se demander : qu’est-ce que c’est plus antisémite, critiquer le sionisme ou empêcher les juifs qui veulent opiner de critiquer le sionisme ?

Imaginons maintenait (nous les économistes, nous sommes habitués à faire des hypothèses très peu réalistes) que Krugman participe à NY à une manifestation en soutien au peuple Palestinien, mais la manifestation est injustement empêchée de se faire, les manifestants sont encerclés et intimidés et puis dissolus.

Alors, dans ce cas, on pourrait se demander : qui est l’antisémite, Krugman ou ceux qui l’empêchent de se manifester ?

Supposons maintenant que Krugman est à Paris et il décide de participer à une manifestation en soutien au peuple Palestinien, mais à Paris la manifestation est aussi injustement empêchée de se faire, les manifestants sont encerclés et intimidés et puis dissolus.

Alors, qui est l’antisémite, Krugman ou le préfet de Paris ou l’État français ?

Puis, encore à Paris, Kruman se fait basculer et voler à l’arrache. Indigné, il décide de porter plainte à la police et aussi d’écrire des articles en dénonçant cette injustice. Il aurait tout le droit, mais vous ne pensez pas qu’il serait quand même curieux qu’il fait autant de confiance au même État qui a bouffé ses droits ? Qu’il puisse faire autant de bruit sur un sujet et rien de dire sur l’autre ?

Pour finir, faisons l’hypothèse la plus irréaliste : imaginons maintenant que Krugman est un jeune étudiant et moi, je suis son professeur. Je sais que Krugman a des positions critiques sur Israël, mais je sais aussi qu’il craint de subir des répressions s’il prend une position politique sur le sujet.

Moi, le prof de Krugman, j’ai aussi  une position critique sur Israël, mais je pense que lui, il est mieux positionné que moi pour opiner.

Il arrive aussi que nous sommes dans une étape d’instabilité politique. Une instabilité qui fait monter les racismes et aussi l’antisémitisme. Dans ce contexte, il faut faire très attention à ce qu’on dit, à ce qu’on fait, car il est évident qu’on ne doit pas permettre d’utiliser l’antisionisme pour faire d’antisémitisme.

Il est aussi évident que l’étudiant Krugman, même qu’un peu con à la fin, il est plus bien positionné que moi pour déterminer les lignes qui séparent l’antisionisme de l’antisémitisme.

Puis, je décide de l’inciter à parler et à dénoncer la répression qu’il a subie à NY et à Paris, mais étant donné que le jeune homme est dubitatif et craignant, je le pousse un peu.

Dans ce contexte je lui fais quelques blagues sur les juifs. Pour quoi ? C’est de l’antisémitisme ? Je ne pense pas ; peut-être ce que je veux est que lui-même prend position, que lui-même m’explique mieux qu’elle est la différence entre une chose et une autre et quelle est sa position sur Israël.

En plus, je n’aimerais pas que le jeune étudiant Krugman, très chancelant, influençable et un peu con comme Woody Allen ; je n’aimerais pas qu’il m’idéalise – à moi, qui suis si beau et intelligent – et il adopte des postions qui sont plutôt les miennes que les siennes.

Il doit prendre sa position.

[Pensez-vous qu’il est homosexuel ?]

 

The Crisis of Zionism [April 2012]

http://krugman.blogs.nytimes.com/2012/04/24/the-crisis-of-zionism/?_r=0

Paul Krugman: ‘Israeli government policies are a form of national suicide’ [April 2012]

http://www.haaretz.com/news/world/paul-krugman-israeli-government-policies-are-a-form-of-national-suicide-1.426387

 

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s