Stop intox et manipulation

1)    Est-ce que quelqu’un peut me citer une étude sociologique et statistique sur le nombre de personnes qui exercent la prostitution en France ? Sur les conditions d’exercice (maison, rue, autres) ? Sur celles que se déclarent obligées et celles que ne le font pas ? Sur une estimation du nombre de prostituées qui sont victimes de la traite ? Quels sont les tarifs ? Quelles sont ses regards et opinions sur les clients ? Combien se déclarent victimes de violences ?

Pour l’instant, je ne vois que des nombres et des affirmations qu’on ne sait jamais la provenance. Dans ce contexte il faut craindre une forte manipulation informative, soit dans une direction ou une autre.

En plus, si l’on ne connait pas la situation de départ, comment va-t-on évaluer ces politiques ? Ou va-t-on seulement se limiter à dire : « très bien, très bien » ?

2)    Est-ce que quelqu’un peut me citer une étude sociologique et statistique sur le nombre de clients de prostituées en France ? Quel sont ses niveaux socio-économiques ? Peut-on les classifier par son assiduité ? Quels sont ses habitudes en tant que clients ? Comment-ils se dirigent aux différents groupes de prostituées ? Quels sont ses motivations ?

Pour l’instant, je n’ai vu que témoignages de prostituées, jugements de valeur, quelque étude sur un échantillon très limité (10, 15 clients) pour pais autres que la France. Mais je n’ai pas trouvé une seule citation à une étude sur les clients. On parle et parle, mais il parait qu’on en sait rien d’eux. Dans ce contexte il faut craindre une forte manipulation informative, soit dans une direction ou une autre.

3)    Les « abolitionnistes » sont en train de faire une grande campagne de diffamation vers les clients qui n’a pas aucun fondement sociologique ; qui ne se base sur des opinions de quelques prostituées (celles qui partagent les points de vue des associations « abolitionnistes ») et le plus souvent anonymes (impossible de rien vérifier).

Le grand argument des dites « abolitionnistes » est que la prostitution est violence. Souvent, elles relaissent des sources qui égalent la prostitution au viol. Or, il est clair qu’elles-mêmes ne soutiennent  pas ce point de vue de façon, mais qu’elles ne le font avec l’objectif de criminaliser les clients, faire de la diffamation et de la désinformation.

Cette diffamation est très claire quand elles font une association telle que : prostitution est égal a viol.

Si un rapport entre une prostituée et un client est égal au viol, alors être client devrait être puni par le Code Pénal avec 15 ans de réclusion criminelle. Mais les « abolitionnistes » ne réclament cette pénalisation du client : elles ne réclament qu’une amende sans implications pénales. C’est évident, qu’elles-mêmes considèrent que la prostitution est une petite violence par rapport à un viol.

On pourrait demander un peu moins et égaler la prostitution aux agressions sexuelles ; mais ce n’est pas non plus le cas.

Encore, si le client est la base du « système prostitueur », alors il pourrait être puni au même titre qu’un proxénète, mais no.

D’une partie, en regardant la proposition de loi, ce qu’on peut conclure est que les « abolitionnistes » considèrent que la prostitution est une petite violence, comme un excès de vitesse ou mal garer la voiture. Fumer un pétard est plus grave qu’être client ?

De l’autre, il contraste la hauteur monétaire de l’amende (1.5000€, puis 3.000€) avec le manque absolu de conséquences pénales. En effet, ce qu’on est en train de dire est : les  pauvres, ils ne peuvent pas être clients (ils risquent de perdre un mois de salaire ou plus) ; par contre, ceux qui ont argent, oui, ils vont payer, c’est tout.

Dans ce contexte, je ne sais pas de quoi s’exclament quelques clients : ce que les « abolitionnistes » sont en train de dire est : « allez les 343 salauds, allez de putes sans préoccupation ; en fin, vous avez l’argent, si jamais, vous payerez l’amende, c’est tout ».

Et les bourgeois et ses femmes aliénées et arrivistes sont tous très contents.

4)    L’effet des politiques de communication des « abolitionnistes » est la maltraitance d’une personne en situation de débilité : psychologique, économique et sociale. Oui, je parle de moi-même.

Étant donné que je suis étranger, je travaille la nuit (pénalité) et j’ai un salaire pas très élevé (pour être polit) je suis en une situation de débilité sociale, économique et psychologique.

En plus, comme j’ai été victime de violences pendant mon enfance et victime d’un proxénète ce sujet m’affecte de manière façon très profonde.

Parfois, je pense que quelques féministes connaissent et suivent mes publications et elles n’ont autre objectif que me casser, peut-être avec l’intérêt de que je ferme ma gueule ou je m’adhère à ses troupes.

En faisant une extrapolation, je crains qu’elles sont en train de faire la maltraitance de tous les hommes qui ont été agressés sexuellement ou violés (le courant, pendant son enfance) et qui ont été clients de prostituées. Je pense qu’ils se culpabilisent d’avantage que les autres hommes – peut-être jusqu’à risquer la stabilité mentale. En plus, on ne considère jamais cette possibilité, on reconnait jamais les violences que les hommes ont subi : on les définie seulement comme des agresseurs violents et violeurs.

Puis, on arrive au point que ce que n’est pas un viol (la prostitution) est décrit comme un viol ; et ce qui est un viol (des enfants-homme) est effacé du cadre.

Pourquoi cette injustice ?

5)    De ce fait, que je crains aussi que les « abolitionnistes » sont en train de faire la maltraitance à un bon nombre prostituées ; en percutant sur sa situation et son histoire personnelle et sur les possibles traumas qu’elles ont vécues.

L’objectif serait de faire accepter (à la force des moyens de communication) aux prostituées les thèses des « abolitionnistes » en jouant avec sa psyché.

Je crains qu’associations comme le Nid font la maltraitance psychologique sur les prostituées qu’ils traitent, afin de casser toute pensé propre et faire accepter de façon acritique ses points de vue et sa politique. Ce que ces associations proposent par loi, c’est le racket aux prostituées : tu quittes et acceptes toutes nos idées ou tu as rien.

Quel humanisme ! Quel féminisme !

 

p.d. : je vais me faire une branlette en regardant du porno, mmmmmmmmm.

 

Advertisements

One thought on “Stop intox et manipulation

  1. Retroenllaç: Índice-resumen de textos sobre el sistema capitalista-patriarcal | Contes de l'exili

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s