Je m’accuse… ! ou presque

Rapport de forces et expérience

* La société a tendance à reproduire des situations où l’homme à une position de force ou privilège par rapport à la femme ; c’est ainsi aussi dans les rapports intimes.

* Ce rapport de force ne se manifeste pas seulement par moyen de la violence (expression extrême), peut se manifester par des positions différentes dans une argumentation ou discussion (sa parole a plus d’autorité, plus de formules pour convaincre, expressions paternalistes et condescendantes, etc.).

* Cette position privilégiée peut être renforcée si l’homme est plus âgé que toi (effet de respect, autorité, expérience, etc.).

* Si un homme veut baiser avec toi, peut-être qu’il va utiliser cette position privilégiée pour te convaincre, te contredire ou t’amener vers une situation où tu auras plus envie d’avoir un rapport sexuel. Peut-être qu’il ne le fait pas d’une façon complètement consciente.

* S’il a des points de vue différents à toi, peut-être tu vas te sentir débordée par la conversation ; des vérités acquises vont chanceler (vérités Walt Disney ?).

* C’est plus facile de convaincre une personne dont les idées ne sont pas très consolidées.

* Si tu as de choses en tête, des choses que tu considères importantes, peut-être c’est bien de les communiquer.

* Si un homme te convainc pour dormir nus, peut-être ce n’est pas pour te violer, mais pour te mettre dans une situation où tu vas probablement te chauffer.

Gérer la situation

Si tu as peur ou tu te sens débordée ou tu ne sais pas bien quoi faire,

* il est mieux de lui demander de partir. [Si elle a peur, il est mieux de partir]

* il est probable que ta tête va marcher un peu moins bien que normalement ; en spécial, si c’est pendant des heures.

* Si tu es à côté d’un homme qui t’attire, même qu’il soit un petit peut, peut-être ton corps va réagir ; probablement tu vas te chauffer. Ce ne veut rien dire sur si tu veux o tu ne veux pas avoir un rapport sexuel.

* Si tu te chauffes, c’est une chose à toi et à ton corps ; à toi de maitriser ta volonté et ta tête. Ce n’est pas la peine de lui dire que c’est sa responsabilité. C’est ton corps et ton cerveau.

* Si tu es pendant des heures avec peur ou désorientée ou avec un sentiment d’insécurité ou chaude, peut-être ta tête va moins bien marcher. Peut-être tu rentres dans un procès où l’organisation de tes idées est de moins en moins solide.

* L’autre personne, l’homme, il peut aussi rentrer dans un procès où la tête lui marche moins bien. La communication peut devenir de plus en plus difficile.

Par ailleurs

* Si un homme te dit qu’il n’a pas de problème à baiser la première nuit, « oui, je veux baiser » (ce ne pas la peine de lui demander 10 fois ou plus), « je ne crois pas à l’amour, à ce qu’on comprend comme amour romantique », qu’il est promiscue et pour la promiscuité, ne donne pas trop de valeur à la fidélité en couple, a une érection, insiste, te donne un bisou ou te fait une caresse, ce ne veut pas dire qu’il veut te violer.

* Si un homme dit qu’il veut baiser avec toi, ce n’implique pas qu’il est un menteur et tout ce qu’il dit c’est pour te convaincre. Ce n’est pas la peine de lui nier la parole pendant des heures.

* Si tu amènes un homme chez-toi, ce ne veut pas dire qu’il doit faire tout ce que tu lui demandes. Il doit te respecter, mais il n’est pas obligé à tout : « ne bouge pas », « endorme-toi », « ne sortes pas à fumer », « une autre fois au toilette ? ». S’il te dérange trop, tu peux lui demander de partir.

* Si tu dis à un homme « ne me touche pas », peut-être qu’il ne va pas comprendre qu’ensuite tu le touches ; si tu dis à un homme « ne me touche pas », peut-être qu’il ne va pas comprendre qu’ensuite tu lui dis « touche-moi ».

Dormir et passer la nuit ensemble

[Censuré… la faire chier, me faire chier, la réveiller quelque fois, bref, cunnilingus et auto-masturbation interrompue ; ¿pourquoi l’une a été interrompue et l’autre no ? Je ne sais pas]

Responsabilités

* Si tu donnes trop de responsabilités à un homme, des responsabilités qui doivent être à toi, il va toujours se tromper.

* Le consentement ne se détermine pas a posteriori, en fonction de ce qu’il te dit, de ta relation avec lui et ce que tu penses de lui. Le regret n’a rien à voir.

Porter plainte

* Porter plainte ne peut jamais faire partie d’un rapport de force dans une discussion ou une dispute. Du moment où il y a la volonté de porter plainte, essayer de l’empêcher est un délit ; la conversation est finie.

* Si tu ne sais pas très bien comment rationaliser la situation, c’est quelque chose que tu dois régler toi seule ou avec les gens que tu considères nécessaire ; jamais avec l’homme avec qui tu as été. Tu peux parler avec cet homme du moment que tu commences à avoir les idées claires.

* Si tu penses à porter plainte contre lui, peut-être qu’il est prêt à y aller pour déclarer ; ce n’est pas nécessaire de lui cacher.

* Si la plainte est archivée sans suite, ce peut être (i) à cause qu’elle n’a pas été du tout investiguée, (ii) à cause que la plainte ne soit pas bien articulée ou (iii) à cause qu’il n’y a pas de cas.

* Là, tout le monde aura son opinion, mais on ne peut pas savoir (on retrouve les préjugés et les points de vue en fonction du genre, les opinions sur la victime et l’accusé, etc.).

* Parfois les plaintes sont archivées sans même demander à l’homme de déclarer.

* Dans ce cas peut-être l’homme est prêt à rouvrir le cas, apporter plus d’informations et complémenter la déclaration. Peut-être il est prêt à collaborer pour dépurer ses éventuelles responsabilités et faire justice (dans la mesure du possible dans ce monde).

Droit pénal et autres

* Le droit pénal est dur. Il est cumulatif. Si cet homme à des problèmes avec la justice qui n’ont rien à voir avec ton cas, ce peut l’amener en prison, par cumulation de causes, même qu’aucune d’elles n’aille pas d’entité pour le faire de façon individuelle. La prison est dure, là il y a aussi des viols.

* Je ne pense pas, mais il est possible que la police, cette police qui nous espionne, fait aussi circuler la nouvelle (même qu’ils archivent la plainte sans rien faire ; peut-être pour eux c’est mieux ainsi).

* Peut-être cet homme se fait arrêter avec du haschich. Puis, la police appelle son patron pour lui raconter et aussi pour pourrir son nom ; et à la fac aussi ?

* C’est possible que cet homme lui-même ait subi des agressions sexuelles et cette plainte lui affecte beaucoup, au-delà de sa propre compression. C’est bien de voir comment les hommes qui ont suivi des agressions sexuelles sont souvent représentés comme des délinquants.

* Peut-être qu’il a envie et besoin d’en parler à ses amitiés et à ses proches et qu’il trouve la méfiance et l’incompréhension : de gens que la traitent de menteuse, des gens qui le traitent de criminel. « Si ça lui affecte autant, c’est qu’il est coupable », « elle est une fille très contradictoire », etc. C’est dur de voir comment des filles peuvent défendre l’homme avec des arguments machistes : il y a plein de filles stupides.

* Il y a la possibilité que cet homme perd ses amis (amis ?). Peut-être ces gens auxquelles il a fait confiance se dédient à le raconter et à la fin c’est une chose qui circule.

* Peut-être cet homme aime bien prendre des engagements politiques, mais il ne peut plus le faire. Peut-être qu’il ne se sent pas digne de les prendre.

* Il ne peut que continuer seul.

* Il y  des moments où il ne sait plus qu’est-ce que c’est la réalité et il ne peut que s’accrocher à ses propres souvenirs, à lui-même. Tu peux demander à un homme de déclarer contre lui, mais tu ne peux pas lui demander de changer ses souvenirs.

* Il ne veut plus aller à des manifestations de peur de se faire arrêter et que tout explose : n’importe quelle connerie plus pour le saisir et le faire chier; le virer du travail, de la fac, de son appart…il est étranger.

* Il y a des moments où il a envie de mourir.

* S’il est coupable, il est prêt à assumer sa responsabilité.

* Il est prêt à s’enfoncer dans la merde.

Quand on s’est connu, tu m’as dit que tu es allée à une manifestation et que vous avez été encerclés et réprimés par la police. Tu avais peur d’aller à d’autres manifestations. Tu pensais qu’il ne serait jamais possible de gagner.

Or, je pense que ta cause est une cause juste.

Peut-être que maintenant tu as l’opportunité d’en parler. Peut-être que tu peux aider aux autres. Peut-être tu peux aussi parler de ce qui a passé cette nuit et aider aux autres femmes. Maintenant tu as plus d’éléments pour écrire une plainte qui ait quelque sens.

Peut-être c’est le moment que tu arrêtes de pleurer et de faire la fillette de papa (« mon papa a beaucoup d’argent »). Peut-être tu ne voulais rien plus qu’une histoire croustillante à raconter.

Peut-être c’est le moment que tu luttes.

Peut-être c’est le moment que j’arrête de perdre mon temps et que je crache sur toi, sur ce cas archivé (qui n’a été jamais ouvert) et sur toutes les imbéciles qui osent me juger à cause de ceci.

*********

Pour écrire une bonne plainte, il faut ajouter :

* D’abord il faut savoir qu’une personne peut porter plainte sur tout et n’importe quoi. Si une femme s’est sentie violentée elle peut porter plainte, mais sa subjectivité ne veut rien dire sur la qualification légale des faits dénoncés. Il y des hommes qui se sentent violentés quand on les arrête pour les demander une adresse.

* L’aspect physique d’un homme, l’ethnie d’un homme et l’origine d’un homme, ne donnent pas des pistes sur s’il veut ou ne veut pas te violer.

* C’est mieux que la plainte soit motivée par l’intéressée, ne pas pour une autre femme, car il y le risque qu’elle introduit des distorsions sur la qualification des faits et on peut alléger d’autres motivations en elle (en spécial si cette femme donne sa qualification des faits avant de les connaitre).

* Le contenu de la plainte doit être centré sur des faits qui puissent avoir une encadrement par les lois; ce n’est pas nécessaire d’ajouter des jugements de valeur qui n’ont rien à voir ( « il ne m’aime pas », « il a été avec beaucoup de femmes » (a bon ?), « il ne croit pas à l’amour », « il m’a dit choses pour m’exciter », « il est bizarre », « il regarde du porno », …).

* L’objectif de la plainte doit être de dénoncer les faits comme constitutifs d’une infraction/agression pour demander des responsabilités légales.

* L’objectif de la plainte ne peut pas être de censurer un point de vue sur la vie et la sexualité [« c’est bien que maintenant tu as moins envie de sortir et de draguer avec des filles […] de baiser avec des filles que tu connais la nuit », « l’amour c’est le mieux », « le sexe sans amour n’est pas bien », « l’amour, avoir cette sensation dedans et sentir que tu vas vivre toujours ensemble »… c’est quoi ces imbécilités ? la croisade de la répression sexuelle ?].

* La motivation de l’accusé ne peut pas être établie à priori (« je sais qu’il voulait … », « il pensait … », …). Ces formules montrent plutôt la subjectivité de la personne qui porte plainte que la volonté de l’accusé. L’accusatrice ne peut pas s’attribuer la connaissance de ce qui passe dans la tête de l’accusé (dans un cas contraire, il serait comme un homme qui dit : « je sais qu’elle voulait baiser, elle ne l’a pas dit, mais elle voulait même qu’elle le nie maintenant »).

* La motivation de l’accusé doit être déduite des faits dénoncés.

En fin, si tu es une femme et tu lis ceci, avant me juger pense à ce que t’a arrivé à toi. Pense à ton cas, à ton cas que tu n’as pas dénoncé, avant de juger un cas dont tu ne connais rien. Pense comme il t’a pris à la force et jusqu’à où il te l’a enfoncé. « Je te fais un cuni ? », c’est ça qu’il t’a dit ?

 

 

 

Anuncis

One thought on “Je m’accuse… ! ou presque

  1. Retroenllaç: Autour du viol et d’autres | Contes de l'exili

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s