25 novembre élections à Catalogne (1) le contexte politique : de 2003 à 2010

[Écrit par un catalan exilé]

Le prochain 25 Novembre sont les élections en Catalogne, un événement auquel les medias français ont accordé leur attention [i.e. 1, 2, 3]. Dans la presse conventionnelle, le sujet central de ces élections a été « l’autodétermination » ou « l’indépendance » de Catalogne. Cependant, ce n’est qu’une vision assez réduite du contexte politique actuel de Catalogne et d’Espagne, comme on le montrera dans cette courte série.

Les élections du 25N sont des élections anticipées, les dernières ont eu lieu le 28 novembre en 2010. En 2010, l’actuel parti au gouvernement Convergència i Unió (CiU) les a emportées avec un résultat de 62 députés, sans obtenir la majorité absolue (le Parlement de Catalogne a 135 députés). En nombre de votes, CiU a obtenu 1.202.830 votes, le 38% sur les 3.135.764 personnes qui ont voté [4].

Un fait qui passe souvent inaperçu est que ces ont été des élections marqués par une forte abstention. Avec un 43,41% du cens de vote, l’abstention a fait un record historique, suivant un procès de croissance qui a commencé au début des années 2000 [5]. Le cens électoral étant 5.230.886, le pourcentage de votes vers CiU a été du 23% [6].

Le nombre de votes en blanc a été de 92.331 (le 3% !) et les votes nuls 21.792, aussi deux records historiques absolus. Entre les élections du 2003 et celles de 2010 les votes en blanc se sont multipliés par trois : de 30.000 (2003), à 60.000 (2006) et en fin 90.000 (2010). Les votes nuls ont eu une évolution similaire [6]. Il parait donc que le vote en blanc est le « parti politique » avec plus de projection à Catalogne.

Avec les élections de 2010 CiU a retourné au gouvernement, où il ne participait depuis l’année 2003. Les dernières élections que l’ancien dirigent de CiU et président de la Generalitat de Catalunya entre 1980 et 2003 Jordi Pujol avait emporté étaient celles de 1999 [7] (en nombre de députés, mais ne pas en nombre de votes) [8]. Jordi Pujol a reçu beaucoup de qualificatifs, pas toujours positifs et quelques uns très négatifs, mais d’une façon ou d’une autre il est un personnage qui a influencé l’histoire récente de Catalogne [9]. Je l’appelle le grand patriarche ou « le Parrain ».

Entre 2003 et 2010 la Generalitat de Catalunya a été gouverné par le « Tripartit » : une coalition « de gauche » entre le Partit dels Socialistes de Catalunya (PSC), Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) et Iniciativa per Catalunya Verds-Esquerra Unida i Alternativa (ICV-EUiA). Cette coalition a permis ces partis de former le gouvernement, car en nombre de votes et de députés, CiU les avait emporté [6, 10].

Les deux Tripartits furent dirigés par Pascual Maragall (2003-2006) [11] et par José Montilla (2006-2010) [12].  Son bilan a été plutôt pauvre. D’un côté, les promesses des politiques sociales n’ont pas été respectées ou ont eu des résultats très pauvres. C’est le cas des domaines d’éducation, de logement, d’emploi, d’industrie, d’industrie ou de transparence, entre d’autres [13, 14, 15, 16].

De l’autre, le Tripartit, dans ce cas avec CiU, s’est engagé dans une reforme du statut de autonomie de Catalogne (« Estatut d’Autonomia ») : un procès qui a été plein de symboles, mais presque vide de contenu politique [17]. L’Estatut a fatigué une population qui attendait des politiques sociales et économiques avec des résultats concrets.

L’Estatut a été approuvé en et par Referendum le 18 de Juin de 2006. Le taux d’abstention a été du 51,15%, le « oui » a obtenu le 73,90% des votes. Puis, cet Etatut a eu des recours d’inconstitutionnalité, notamment ceux du Partido Popular (PP) et ceux du Partido Socialista Español (PSE ou PSOE), comme on verra dans le prochain chapitre.

Après toutes les négociations (en Catalogne et avec le gouvernement d’Espagne), ERC, parti du gouvernement de Catalogne, a demandé de voter contre l’Estatut. Ce fait a dynamité le gouvernement en 2006, a forcé l’expulsion des membres de ERC du gouvernement et à amené vers la convocation des nouvelles élections [18, 19, 20].

En novembre 2006 des nouvelles élections se sont tenues en Catalogne. Celles-ci ont servi pour rééditer le Triparit, même que ses intégrants ont perdu un 20% des votes de 2003 : le PSC a perdu autour de 200.000 votes et ERC près de 130.000. Toutefois, ces résultats n’ont pas servi pour provoquer une réflexion critique ni aux protagonistes ni a l’opposition (CiU a perdu près de 100.000 votes).

Peut-être que le point culminant de désaffection a arrivé avec les élections municipales de Barcelone le 27 mai de 2007. Dans ce cas, les abstentions et les votes en blanc les ont emportées : 622.370 abstentions (50,42%) et 24.754 votes en blanc (4,05%). C’était aussi un record historique [21, 22, 23].

Grâce a ces résultats, le PSC a gouverné la ville de Barcelone entre 2007 et 2011, année où il la finalement perdu, après 31 ans au pouvoir. Ces 31 ans méritent un chapitre à part [voir, en tout cas, pour avoir une perception des « pactes informels » PSC-CiU pour le partage de pouvoirs à Barcelone-Catalogne voir : [24].

C’est intéressant de rappeler la magnifique interprétation de l’abstention qui a fait José Montilla, président de la Generalitat de Catalunya à cet époque, selon lequel l’abstention montrait : « une acceptation passive de la réussite collective et du remarquable bien-être des villes ». Je l’ai noté, car il faut retenir ce qui peut être considéré tout un monument historique à l’imbécilité.

Non, l’abstention ne répondait pas à une réussite collective et au remarquable bien-être. L’abstention répondait au détachement et à la méfiance à l’égard des partis politiques et du système démocratique représentatif de Catalogne.

En fin, en 2010 le Tripartit s’est désintégré, le Tribunel Constituionel s’est prononcé contre l’Estatut et CiU a emporté les élections. Mais de tout ça on en parlera dans le prochain chapitre (demain) dédié à ces deux dernières années de gouvernement de CiU, à la corruption structurale et systémique à Catalogne et aux prochaines élections du 25 Novembre.

Pour conclure : il faut savoir que bonne part de la tradition et de l’action politique en Catalogne ne passe pas par le parlement, mais par l’action directe.

En 2010 peu de gens pouvaient le prévoir, mais aujourd’hui on peut se demander si  Barcelona « la rosa de foc » est renaît d’une terre inculte et infertile : on verra bien quelles sont les forces créatives qu’elle puisse encourager.

[1] http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/09/26/catalogne-des-elections-anticipees-aux-allures-de-defi_1765831_3214.html

[2] http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120925trib000721296/elections-en-catalogne-un-defi-pour-rajoy.html

[3] http://www.lefigaro.fr/international/2012/10/15/01003-20121015ARTFIG00624-la-catalogne-joue-avec-l-independance.php

[4] http://ca.wikipedia.org/wiki/Eleccions_al_Parlament_de_Catalunya_de_2010

[5] http://www.idescat.cat/territ/BasicTerr?TC=5&V0=3&V1=3&V3=823&V4=824&ALLINFO=TRUE&PARENT=25&CTX=B

[6] http://elecciones-catalanas.lavanguardia.es/interactivo

[7] http://ca.wikipedia.org/wiki/Jordi_Pujol – Il a reçu aussi la Légion d’Honneur de la République Française – chose qui fait penser qu’il n’y a pas d’honneur dans ce décoration, plutôt le contraire.

[8] La loi électorale à Catalogne ne suive pas la proportionnalité.

[9]  https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/

[10] http://ca.wikipedia.org/wiki/Tripartit

[11] http://es.wikipedia.org/wiki/Pasqual_Maragall

[12] http://es.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9_Montilla

[13] Début : http://elpais.com/diario/2004/04/26/catalunya/1082941638_850215.html

[14] 100 jours : http://elpais.com/diario/2004/12/19/domingo/1103431292_850215.html

[15] 1000 jours : http://elpais.com/diario/2006/09/02/espana/1157148010_850215.html

[16] http://www.elmilitante.net/index.php?option=com_content&view=article&id=6640:balance-de-la-politica-social-del-tripartit-&catid=1061&Itemid=100005

[17] http://ca.wikipedia.org/wiki/Estatut_d%27Autonomia_de_Catalunya_de_2006 ]

[18] http://www.publico.es/espana/324403/asi-se-gesto-el-estatut

[19] http://www.vilaweb.cat/noticia/1864440/20060429/noticia.html

[20] http://es.wikipedia.org/wiki/Refer%C3%A9ndum_estatutario_en_Catalu%C3%B1a_de_2006

[21] http://www.moncadista.org/2007/05/29/los-anarquistas-ganan-las-elecciones-en-barcelona/

[22] http://www.elpais.com/especial/elecciones/municipales/Barcelona/08/019/

[23] http://blogbrosa.blogspot.fr/2007/05/aceptacin-pasiva-del-xito.html

[24] https://jordipujolxlopadri.wordpress.com/2012/11/20/els-acords-del-palau-1960/

Advertisements

6 thoughts on “25 novembre élections à Catalogne (1) le contexte politique : de 2003 à 2010

  1. Retroenllaç: 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010, Convergència i Unió aconsegueix el Govern de la Generalitat de Catalunya. 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010, Convergència i Unió aconsegueix el Govern de la Generalitat de Catalunya. | Jordi Pujol

  2. Retroenllaç: 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010, Convergència i Unió aconsegueix el Govern de la Generalitat de Catalunya. 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010, Convergència i Unió aconsegueix el Govern de la Generalitat de Catalunya. | Jordi Pujol

  3. Retroenllaç: 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010: crisi, Estatu i eleccions: Convergència i Unió aconsegueix la Generalitat de Catalunya | Jordi Pujol: Lo padrí

  4. Retroenllaç: 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010: crisi, Estatut i eleccions: Convergència i Unió aconsegueix la Generalitat de Catalunya | Jordi Pujol: Lo padrí

  5. Retroenllaç: 25 novembre élections en Catalogne (2). 2010: Convergència i Unió (CiU) obtient le gouvernement Generaltiat de Catalunya | Jordi Pujol: Lo padrí

  6. Retroenllaç: 25 Novembre eleccions a Catalunya (2). 2010: crisi, Estatut i eleccions: Convergència i Unió aconsegueix la Generalitat de Catalunya | Contes de l'exili

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s